SNCF low-costLe plan « Excellence 2020 », qui trace les principaux objectifs de la SNCF pour les prochaines années, prévoit notamment la création de voyages « de porte à porte » et le doublement des billets low-cost.

 

Guillaume Pépy, président de la compagnie ferroviaire, a dévoilé au quotidien Les Échos quelques lignes de son projet. Intitulé « Excellence 2020 », il doit être adopté par le conseil d’administration le 15 octobre.

Plusieurs objectifs soutiennent ce projet : passer de 28,3 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2012 à 35,7 en 2020 (+ 25,2%) et réduire la dette à 4,9 milliards d’euros, alors qu’elle est actuellement de 6,8 milliards d’euros. La réduction de la dette passera par une coupe dans les frais de fonctionnement (700 millions d’euros) et par le « produire moins cher » (1,3 milliard).

 

Des nouveautés pour les usagers

Outre ces objectifs strictement financiers, la SNCF envisage la création du « voyage personnalisé ». Le voyageur, au lieu d’effectuer simplement un trajet de gare à gare, sera pris en charge depuis son domicile et jusqu’à la destination choisie. Un véritable voyage « de porte à porte », comme l’indique Guillaume Pépy. D’autres modes de transport seront alors combinés au train : métro, tramway, auto ou vélo en libre-service, covoiturage, …

Pour mener à bien ce projet, la SNCF entretiendra des relations plus étroites avec ses filiales, dont la plupart sont chargées des transports urbains. L’une d’entre elles, Keolis, à travers la société Transpole, exploite par exemple le réseau de l’agglomération lilloise.

Derrière ces objectifs se cachent en réalité une riposte à la concurrence. Guillaume Pépy note que Blablacar, plate-forme de covoiturage, attire 600 000 voyageurs par mois. Cela représente 5% du nombre de billets vendus par Voyages-SNCF. Il rappelle aussi que l’avion low-cost n’est pas sans répercussion sur la fréquentation du TGV.

 

Une autre mesure ravira les usagers, couramment exaspérés par des prix parfois exorbitants. Le plan « Excellence 2020 » prévoit, en effet, le doublement du nombre de billets à bas prix, qui représentent actuellement 12 à 13% du nombre total de billets vendus. Ces billets à bas prix s’inspireront des billets Ouigo, du nom du TGV low-cost reliant Marne-la-Vallée au sud-est. Cette nouvelle offre s’accompagnera par une simplification de la grille tarifaire.

 

Enfin, la SNCF compte mettre le paquet sur le réseau francilien. Estimant que « l’entreprise est à un moment clef », après le déraillement de Brétigny et en raison de la vague de modernisation nécessaire, Guillaume Pépy ambitionne de moderniser les lignes RER existantes. Il insiste : « L’Ile-de-France est une priorité nationale, je l’assume à 100% ».