« Vice-Versa » : vingt mille lieues sous la tête

Vive Versa

Colère, Dégoût, Joie, Peur et Tristesse dans le Quartier Général.

Il y en a là-dedans ! Qui peut imaginer le bouillonnement qui grouille dans l’appareil de la pensée ? Les rêves, les idées, les souvenirs, les abstractions, la mémoire, l’imaginaire. Toutes ces choses qui font l’exception du genre humain, son énigme aussi.

Vice-Versa, la nouvelle production des studios Disney-Pixar, nous immerge dans le siège insoupçonné de nos émotions. Plus précisément, dans la tête de Riley, jeune fille de 11 ans contrainte de quitter sa maison natale de l’Amérique profonde pour s’installer à San Francisco. Son existence, habituée à une certaine plénitude et à des pensées positives (entre sa famille, ses amis et sa passion pour le hockey), s’en trouve dès lors bouleversée… ses émotions avec.

> Le siège des émotions

Tout cela est prétexte à une exploration ludique et bigarrée de l’âme humaine. Joie, Tristesse, Peur, Dégoût et Colère – qui ne sont pas sans rappeler la théorie des humeurs de la médecine antique – cohabitent dans le Quartier Général, sorte de PCC de la psychè. Ces « personnages » décident de ses réactions, de ses actions, de ses affects ; autrement dit, ils ont les pleins pouvoirs sur sa production mentale. Ils se complètent plus qu’ils n’entrent en conflit.

Quoique… La difficile conciliation entre Joie et Tristesse cause leur exclusion du Quartier Général. En leur absence, toutes formes d’émotions abandonnent petit à petit Riley. Elle n’a plus de goût à rien, une langueur pénètre son cœur. On craint même qu’elle devienne une coquille vide, le genre de personne indifférente à la marche du monde. C’est là que l’on suit le mind trip de Joie et Tristesse, déterminées à la réinvestir, dans le monde infini de la boîte crânienne.

Le réalisateur Peter Doctor, déjà à l’origine de Là-Haut et Monstres et Cie, signe là le film d’animation le plus intelligent jamais produit. En filigrane, on y lit une leçon de vie, on se nourrit d’une réflexion sur le bonheur et les épreuves de l’existence. Chaque spectateur, du plus jeune au plus âgé, repensera probablement à ce film dans un moment d’abattement ou d’euphorie.

Jean-Marc DE JAEGER

Categories: Archives

Derniers articles

  • Comment j’ai payé 1€ mon vol retour depuis les îles Canaries

    « – Les îles Canaries… tu vas être bien ! Et t’as payé combien ? » Quand on me pose cette question, on s’attend généralement à être surpris. Mais là, je ne peux pas répondre sans craindre de passer (encore plus) pour un imposteur. Les bons plans, y a des limites quand même… Mais puisqu’il faut bien répondre, […]

  • 2017 : bilan d’une folle et incroyable année de voyages

    En début d’année, je m’étais fixé un objectif : visiter une destination européenne par mois en moyenne en 2017. Puis, grâce au lancement de la carte magique TGVmax, je me suis vite rajouté un défi : voyager en France pratiquement toutes les semaines. Je m’attendais à remplir ces objectifs, mais je m’attendais moins à les […]

  • Dublin : respirer l’Eire entre mer et montagne

    La magie du temps et de l’espace fait qu’un vol parti à 6h de Paris, prévu pour durer 1h55, arrive à Dublin à 6h55. Le voyage ne cessera jamais de m’étonner, tout comme m’étonne le doublement en gaélique des indications en anglais. Revenu sur terre un brin jetlagué, je grimpe dans l’un de ces bus […]

  • Pourquoi je ne suis jamais “en vacances” quand je voyage

    Un moyen de me fâcher tout rouge, c’est de me demander comment se sont passées mes vacances. C’est très gentil de prendre de mes nouvelles, mais je vous en prie, ne me parlez pas de “vacances”. C’est un mot — pire, un concept — banni de mon vocabulaire. Il réveille en moi l’image d’un Jean-Claude Dusse au bord […]

  • San Sebastián et Bilbao : le long de la Côte basque espagnole

    Pendant que mes concitoyens attendent le résultat des urnes, je file à l’anglaise. Pourquoi précisément le soir du premier tour? Simple hasard du calendrier. J’ai même une pointe de regret à me soustraire de l’ambiance si particulière des soirs d’élection. Tant pis. Après tout, j’ai besoin de repos, de soleil et de découverte. En route vers […]

  • Comment j’en suis venu à voyager seul dès l’âge de 7 ans

    Et comment je vais continuer éternellement. Une fois atteint l’âge de raison, je n’ai pas perdu de temps :  je me suis mis en route. A l’époque déjà, avant le passage au nouveau millénaire, l’envie de repousser mon périmètre de vie me démangeait. Je voulais voir le monde au-delà de ma chambre, élargir mon champ […]

Instagram

  • Bd9ojkTlxZo
  • Bc27mhblCaR
  • BcpxTfRlSrH
  • BcSwT5ZlPpK
  • Bby1JeFlTZA
  • BbgndJoFXrc

Où suis-je allé ?