IMG_5937Dimanche 29 septembre, le piéton était roi. Sur les Champs-Elysées de Lille, là où, en temps normal, les véhicules foncent à toute biture, l’heure était plutôt à la flânerie. Les joggeurs avaient toute la place pour se taper un sprint ; les vélos pouvaient enfin sortir de leurs pistes trop étroites ; les enfants s’en donnaient à cœur joie avec leurs trottinettes. Tout le monde avait droit à un trottoir de vingt mètres de large. Le soulagement était aussi l’affaire des riverains qui, en ouvrant leur fenêtre et en prenant le brunch, se croyaient soudain dans la campagne. Seuls les rares tramways, passant entre deux rangées d’arbres géants, rappelaient la ville.

Le règne du piéton, hélas, n’aura duré qu’un instant : l’espace d’une vulgaire matinée. A 13h déjà, la vie et la ville reprenaient leur rythme, ce rythme animé par la vitesse, l’impatience et le bruit.

Et le piéton n’était plus, soumis qu’il est à son automobile.

 


> Voir les photos du Grand Boulevard