montagne, Pic du Midi, Occitanie, altitude, paysage

Pour la dernière fois de l’année, j’avais envie de respirer l’air frais des sommets. Plutôt habitué des Alpes (Serre-Chevalier, La Grave / La Meije, Chamonix…), je n’avais encore jamais posé les pieds dans les Pyrénées. Alors, j’ai mis le cap vers le sud à toute vitesse, toujours fièrement équipé de ma carte magique TGVmax. Parti de Paris vers 7h, j’arrive à Lourdes à 11h30 sous un soleil généreux qui m’a fait oublier la fraîcheur des jours passés. Me voilà parti pour une journée et demi… au plus près des nuages.

 

 ➡ Pic du Midi

 

Je suis allé au Pic du Midi au bon moment : la neige était tombée abondamment la veille, au point d’entraîner la fermeture du site. Sauf qu’en ce mardi 30 octobre, le ciel est clair et dégagé. Et la vue… Bon sang, la vue ! A l’horizon, tout est blanc : les sommets tout juste enneigés et les nuages qui les couronnent. Comme à chaque fois que je me trouve au sommet d’une montagne, je me sens comme le Voyageur du tableau de Caspar David Friedrich. Outre le paysage, on peut aussi profiter d’une exposition sur l’astronomie – l’une de mes passions, comme vous le savez. Car oui, le Pic du Midi dispose d’un observatoire astronomique. Même qu’en pleine nuit, à l’abri de la pollution lumineuse, on peut voir les étoiles et la voie lactée…

 

Pour venir au Pic du Midi, le mieux est de prendre la navette qui, deux fois par jour, relie Lourdes à La Mongie, point de départ du téléphérique. Je m’attendais à un bus, mais c’était un mini-van. Il n’y avait qu’un seul passager avec moi à l’aller comme au retour. De quoi faciliter les conversations avec mon chauffeur, fin connaisseur de la région, qui m’a arrosé d’anecdotes avec son accent béarnais.

 

Infos : Téléphérique ouvert toute l’année sauf en avril, mai et novembre. 40€ l’aller-retour. Avant de vous y rendre, vérifiez sur le site si le Pic est bien ouvert (fermeture possible en cas de mauvaises conditions climatiques – ce fut le cas la veille de ma visite !

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🗻🔭 Se sentir comme dans le tableau de Caspar David Friedrich. 🚶 On arrive au @picdumidi par des routes désertes où les feuilles de l’automne 🍂 se collent sur la neige prématurée de l’hiver ⛄. Ensuite, le téléphérique 🚡 nous emmène à 2877 mètres d’altitude, par -5°C, au-dessus du commun des mortels. La neige ❄, tombée en abondance la veille de ma visite, a transformé les sommets pyrénéens en paradis blanc. 🚄 Apprécier d’autant plus que grâce à la carte #tgvmax de la @sncf, venir ici t’as encore coûté… 0€ ! 🎧 Shout – Tears for Fears #picdumidi #occitanie #bagneresdebigorre #hautespyrenees #pyrenees #tourmalet #montagne #mountain #panorama #neige #altitude #paradisblanc #picdumididebigorre #voyage #paysage #landscape #mountainview

Une publication partagée par Jean-Marc De Jaeger (@lefouduvoyage) le

 

 ➡ Pic du Jer

 

Pour prendre de la hauteur tout en restant à Lourdes, direction le Pic du Jer, au sud de la ville. Un funiculaire vous emmène en huit minutes de la terre ferme à 900 mètres d’altitude. C’est le deuxième de France à fonctionner à l’électricité après celui du Mont-Dore, en Auvergne, où j’étais allé l’été dernier. Une fois là-haut, vous dominez la ville, les vallées encore vertes qui entourent Lourdes et admirez, au loin, les cimes enneigées des Pyrénées. Conseil : mangez un cassoulet tarbais au restaurant du sommet !

 

Infos : Ouvert de fin mars à début novembre. 12€ l’aller-retour en funiculaire. Visite guidée d’une grotte en altitude pour 6€ de plus.

 

 ➡ Le château fort et le musée pyrénéen

 

Où que l’on soit dans la ville, impossible de ne pas apercevoir ce gros roc sur lequel repose le château fort de Lourdes. La « Bastille des Pyrénées » a mille ans d’histoire à raconter, de sa construction au XIe siècle à sa transformation en musée à la fin du XIXe siècle. Le parcours de visite, très bien balisé, nous rappelle à la fois l’histoire de Lourdes et le folklore pyrénéen (maisons, costumes, agriculture…). Là aussi, on profite d’une vue plongeante sur la ville et d’un joli panorama sur la chaîne des Pyrénées.

 

Infos : Ouvert tous les jours de 10h à 18h (ou 19h d’avril à octobre). Entrée à 7€.

 


Comment y aller ?

Depuis Paris, TGV direct jusqu’à Lourdes (4h50, gratuit avec la carte TGVmax). Puis, pour le pic du Midi, prendre une navette depuis la gare de Lourdes vers Bagnères-de-Bigorre / La Mongie (1h30, 2€). Attention, cette navette ne circule que d’avril à début novembre et nécessite une réservation par téléphone.

 

Où dormir ?

Ce qui m’a étonné en préparant mon séjour, c’est le nombre incroyable d’hôtels qui existent à Lourdes, deuxième ville de France en capacité hôtelière après Paris. Remplis lors des événements religieux, ils sont peu fréquentés le reste de l’année… et donc peu chers. Comptez seulement 25€ la nuit au minimum.

 

About the Author

Jean-Marc De Jaeger ()

Website: http://lefouduvoyage.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.