Je ne tenais pas particulièrement à le faire, mais ma promenade à Times Square m’en a donné l’envie. En voyant au sommet d’un building une affiche de The Phantom of the Opera, je me suis laissé tenter. Après tout, c’est une chose à faire lors d’un premier voyage à New York. J’apprendrai par la suite que The Phantom of the Opera, spectacle inspiré du roman éponyme de Gaston Leroux, est à l’affiche depuis 1988. C’est le spectacle le plus ancien encore représenté à Broadway. Raison de plus d’y aller ! 

Dès lors, je me suis posé la question du prix… Les places ne sont pas forcément plus chères qu’à Paris : comme partout, le prix dépend du spectacle, de la salle de théâtre et du jour de la représentation (les places en milieu de semaine et l’après-midi sont moins chères). En lisant plusieurs blogs, dont Bons plans voyage New York et We Love New York, j’ai appris qu’il existait trois moyens principaux d’acheter sa place : le guichet du théâtre, internet et les bureaux TKTS.

 

Au guichet du théâtre

C’est la solution que j’ai finalement choisie après avoir hésité avec les deux autres ci-dessous. Une Française que j’ai croisée à New York m’a conseillé de me rendre à l’ouverture du théâtre à 10h. Elle avait pu obtenir deux places pour Chicago quasiement à moitié prix. Certains théâtres appliquent des réductions intéressantes sur les spectacles joués le jour-même. Ce n’était pas le cas du mien, le Majestic Theatre, mais j’ai pu obtenir une place à 45 dollars (38,50 euros) sans aucun frais supplémentaire pour la séance de 14h. C’est donc la solution la plus économique, mais qui présente un petit risque : celui de se déplacer pour rien si le spectacle est complet.

 

He’s there, @crawdady21 as #ThePhantomOfTheOpera! Welcome, Opera Ghost. #PhantomBway

Une publication partagée par Phantom Broadway (@phantombway) le

 

Sur le site internet du théâtre

Le premier réflexe que j’ai eu a été de réserver ma place sur internet. Premier site sur lequel je tombe : www.broadway.com. J’étais prêt à régler ma place à 45 dollars… jusqu’à ce que des frais de “Service & Handling” (service et traitement) d’une vingtaine de dollars s’ajoutent à mon panier. C’est quasiment la moitié du prix de la place ! J’ai refait la recherche sur le site officiel du théâtre : cette fois, des frais de 10 dollars se sont ajoutés. Acheter sa place sur internet me semble pertinent dans un seul cas : vous mourrez d’envie de voir un spectacle et celui-ci affiche souvent complet.

 

➡ Faire la queue devant TKTS

J’ai songé à cette solution mais elle ne me semblait pas pertinente pour moi. L’organisme TKTS, chargé de promouvoir le théâtre à New York, dispose de quatre guichets où il met en vente les tickets invendus pour le jour-même. Je crois comprendre que TKTS est vraiment intéressant pour les personnes indécises : elles peuvent choisir leur spectacle un peu au hasard selon les disponibilités et les prix. Ce n’était pas mon cas car je tenais à voir un spectacle en particulier. En plus de ça, les guichets TKTS ouvrent plus tard que les théâtres : les dernières places peuvent donc partir entre temps. Des blogueurs déconseillent de se rendre au guichet de Times Square qui, en plus d’ouvrir plus tard que les autres, sont généralement plus fréquentés.

 

 

Photo de une : The Phantom of the Opera, à l’affiche du Majestic Theatre depuis 1988, est le plus ancien spectacle encore représenté à Broadway. Crédits photos : The Really Useful Group

About the Author

Jean-Marc De Jaeger ()

Website: http://lefouduvoyage.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.