Venise, Saint-Sébastien, le Puy-de-Sancy, Prague, Ibiza, la vallée de Chamonix… Des lieux qui marquent l’esprit chacun à leur manière.

En début d’année, je m’étais fixé un objectif : visiter une destination européenne par mois en moyenne en 2017. Puis, grâce au lancement de la carte magique TGVmax, je me suis vite rajouté un défi : voyager en France pratiquement toutes les semaines. Je m’attendais à remplir ces objectifs, mais je m’attendais moins à les pulvériser. Résultat, je n’ai jamais autant voyagé de ma vie qu’en 2017.

  • France : Saint-Malo, Montpellier, La Rochelle, Grenoble, Clermont-Ferrand, Nîmes, le Pont du Gard, Marseille, Annecy, Toulouse, le Puy de Sancy, île de Ré, vallée de Chamonix Mont-Blanc, vallée de Serre-Chevalier/Briançon, Lyon, Carcassonne, Narbonne, Mulhouse (j’oublie sûrement une ou deux destinations !)
  • Italie : Venise, Gênes, Naples, Palerme, Florence, Bologne
  • Espagne : Madrid, San Sebastian, Bilbao, Ibiza
  • Et ailleurs en Europe : Londres, Copenhague, Munich, Prague, Dublin, Varsovie

Une vie en correspondance

Cette année a été succession de départs et de retours, de décollages et d’atterrissages, de disparitions et de réapparitions ; si bien que j’ai l’impression de mener une vie “en correspondance”. Comme si, en retrouvant mon chez-moi à Paris, j’étais en réalité en escale, dans l’attente d’un train ou d’un avion qui m’emmènerait ailleurs dans quelques jours. Autant dire que le week-end, je reste peu souvent à Paris et dans tout ce qui me rappelle la routine.

>> Lire – Comment j’en suis venu à voyager seul dès l’âge de 7 ans

Rentrer d’Italie le lundi et repartir en Pologne le samedi ; passer une semaine entre l’Espagne, l’Allemagne et la République tchèque ; déambuler dans le faste d’une capitale puis, quelques jours plus tard, marcher dans le silence des hauts sommets alpins ; se réveiller en pleine nuit pour choper son avion matinal : tout cela, voyez-vous, est devenu un ensemble d’habitudes, je dirais même une manière de vivre. J’insiste là-dessus : le voyage n’est pas un “truc en plus” que je fais pour passer le temps ou combler l’ennui. C’est un réflexe, un besoin aussi vital que le savoir, l’amour et l’oxygène.

Heureusement que j’ai mes “bons plans”… !

J’ai réalisé la plupart de mes voyages le week-end, souvent prolongé d’un ou deux jours. Certains ont pu croire que j’ai siphonné mon compte de congés payés : eh bien non ! Je n’ai pas non plus ruiné mon compte courant. Plus que jamais, j’ai usé et abusé de mon “sixième sens” pour dénicher des bons plans incroyables. Je ne m’étonne plus de payer la plupart de mes vols 5 ou 10€ (voire 1€, si si !), ni 9€ une nuit dans un hôtel stylé. Cette année, j’ai pu aiguiser ce “sixième sens” qui relève plus du savoir-faire que du don divin. Trouver la solution la plus économique pour partir, au meilleur moment, vers telle ou telle destination, m’est devenu un jeu d’enfant. Sans cela, nul doute que j’aurais voyagé moins souvent.

Première année du reste de ma vie

Evidemment, on ne sort pas indemne d’une telle frénésie. Il est vrai que je ne me suis pas ménagé et que j’entretiens une sorte de fatigue constante, compensée néanmoins par un appétit féroce de découverte. Des vocations nouvelles sont nées au fil de mes voyages. Lors de mes réflexions à 10000 mètres d’altitude côté hublot, j’ai enfin fini par me dire : “Mais merde, je suis fait pour travailler dans le voyage, ce n’est pas possible autrement !”. Car le voyage est une passion que j’aime autant pratiquer que partager. Et ce serait un immense gâchis que de laisser mon savoir-faire dans la confidentialité. Pourquoi ne pas lancer ma propre activité, hein ?

>> Lire – Pourquoi je ne suis jamais « en vacances » quand je voyage

Vous l’aurez compris, 2017 a consolidé mes certitudes et plus rien ne sera comme avant. Ce n’est pas un hasard si j’ai refait mon blog à neuf pour le 1er janvier et que je l’ai renommé “Le Fou du Voyage” (suffisamment explicite, n’est-ce pas !). Alors ne comptez pas sur moi pour « me calmer » en 2018. Je songerai souvent à la devise des Jeux olympiques : “Citius, Altius, Fortius” (“Plus vite, plus loin, plus fort”).

Prochaine destination : Fuerteventura (Iles Canaries). Puis Séville, Porto, Faro et la côte d’Algarve, New York et Boston, Majorque, Cracovie, etc., etc.

About the Author

Jean-Marc De Jaeger ()

Website: http://lefouduvoyage.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *