J’ai testé l’appli Too Good To Go : manger pas cher en évitant le gaspillage

Application Too Good To Go, smartphone, gâteau, gaspillage alimentaire

Comment ai-je pu ignorer l’existence de cette application, moi, le roi du bon plan ? C’est en regardant sur M6 l’émission Capital du 1er juillet (« Vacances gratuites ou à prix cassés : que valent les nouveaux bons plans ? ») que j’ai découvert le concept de Too Good To Go : plutôt que d’être bêtement jetés à la poubelle, les invendus sont proposés à moindre prix. Immédiatement convaincu, j’ai décidé de le tester dès le lendemain.

 

Depuis, j’utilise l’application plusieurs fois par semaine. Et tel un super héros, je sauve sandwichs, makis, baguettes, fruis, légumes et pâtisseries de la grande méchante poubelle des boulangeries et restaurants. Des enseignes de supermarchés se sont même lancées, comme Monoprix, A2pas et Leader Price. Le fonctionnement est simple : je repère un point de collecte sur l’appli, je réserve mon « panier » puis vais le retirer à l’heure indiquée en présentant mon smartphone au commerçant.

 

L’application est très simple à utiliser !

 

Les plus :

  • Pour trois à cinq euros, j’ai souvent de quoi manger pour un ou deux repas. En boulangerie, j’obtiens généralement un sandwich (pour le soir), des viennoiseries (pour le lendemain matin) et du pain (pour le midi).
  • Le choix est varié : outre les boulangeries, on trouve une multitude de restaurants (japonais, indiens, mexicains, etc.), des primeurs, des supermarchés et même des glaciers. C’est donc un excellent moyen de trouver de nouveaux lieux et de savourer de nouvelles cuisines.
  • Utiliser cette application est un acte citoyen : j’évite que des aliments encore consommables nourrissent inutilement les poubelles.
  • Les commerçants aussi y trouvent leur compte : ils gagnent quelques euros chaque jour en revendant les aliments qu’ils ne pourront plus vendre le lendemain.
  • L’application indique ce que l’on sauve par panier : « l’équivalent d’une télé allumée toute la nuit », « l’équivalent de 7,9 km de conduite d’une voiture », etc.

 

Les moins :

  • Les paniers sont composés avec les invendus du jour : par conséquent, on ne sait jamais ce qu’il y aura dedans. Rares sont les points de collecte à laisser le choix des aliments… mais c’est le jeu !
  • L’application s’adresse surtout aux citadins. Les points de collecte sont plus rares dans les petites villes et les villages. Je ne doute pas que le concept finira par séduire jusque dans les campagnes !

 

PS : mon point de collecte préféré est Green Panier, près de la gare de l’Est. Le gérant est un fervent défenseur du bien-manger et tient à le faire savoir. Je vois souvent du monde à l’heure de la collecte. En voyant mon repas se créer sous mes yeux, je me dis : “Cela aurait été tellement dommage de jeter tous ces bons légumes !”

Derniers articles

Où suis-je allé ?